18. Februar 2011

Décès de M. André Perrenoud

André Perrenoud nous a quittés à l'âge de 95 ans

Ancien chef du service technique du Département de l'agriculture de l'Etat de Neuchâtel durant 38 ans et simultanément ancien rédacteur de l'hebdomadaire agricole neuchâtelois "Campagnes et Coteaux" (fusionné avec "La Terre Romande", devenue "Agri") durant 24 ans, Monsieur André Perrenoud* nous a quittés paisiblement, le 18 janvier 2011, âgé de 95 ans. Depuis quelques mois, toujours en pleine possession de ses facultés intellectuelles, mais diminué physiquement (il disait sentir ses forces le quitter peu à peu), il avait rejoint une maison de repos à Neuchâtel.

Originaire de La Sagne et de Les Ponts-de-Martel, né en 1915 dans une famille d'intellectuels, André Perrenoud a rêvé, dès son plus jeune âge, de devenir paysan. Sitôt l'école obligatoire terminée, il part (à l'âge de15 ans) chez un agriculteur bernois apprendre "à traire, à faucher et à causer le Bärntütsch". Il revient au pays de Neuchâtel et fréquente l'Ecole cantonale d'agriculture de Cernier (en compagnie, notamment de son ami de toujours Jean Ruffieux, de Boveresse), puis passe les examens d'admission de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, qu'il fréquente de 1936 à 1940, pour en sortir avec le diplôme d'ingénieur agronome dans la poche.

Le parcours professionnel d'André Perrenoud débute auprès de la Fédération suisse des syndicats d'élevage de la race tachetée rouge, à Berne; puis le 1er août 1942, il est engagé au Département de l'agriculture du canton de Neuchâtel, canton d'origine auquel il est très attaché. Il quittera ledit département à l'âge de la retraite, en 1980, après y avoir exercé des activités variées, telles que le droit rural (transferts de propriétés, limite d'endettement, baux à ferme), le crédit agricole, la culture des champs, le subventionnement des constructions rurales, ainsi que les tâches d'approvisionnement économique du pays en cas de crise et de gérance des domaines de l'Etat. Durant ses 38 ans de service à l'Etat, il collaborera ainsi avec deux conseillers d'Etat, MM. Jean-Louis Barrelet, puis Jacques Béguin, tous deux très proches de l'agriculture.

De 1950 à 1974, il assume la rédaction et la publication hebdomadaire du journal agricole "Campagnes et Coteaux", édité par la Société cantonale d'agriculture et de viticulture (actuellement: Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture). Soucieux de l'information agricole à l'adresse du grand public, il participe à la création et à la gestion du CRIA (centre romand d'information en faveur de l'agriculture, aujourd'hui disparu). Au titre de rédacteur, il siège au comité de la Société cantonale neuchâteloise d'agriculture et de viticulture, dont il deviendra membre d'honneur, en 1975.

Au niveau national, André Perrenoud participe, en 1943, à la fondation du Groupement suisse pour la population de montagne (SAB), population rurale à laquelle il était très sensible, en raison de la pénibilité du travail et de la précarité économique. Il siégera au comité et au comité directeur du SAB durant 20 ans. Il a également contribué à fonder la Société suisse de droit agraire, dont il a été membre du comité en qualité de caissier durant un quart de siècle. Enfin, il a également fait partie, durant un quart de siècle, du comité directeur de la Caisse agricole suisse de garantie financière et de l'Association suisse des institutions de crédit agricole (ASICA, devenue Suissemelio par la suite), alors qu'il a été membre du comité de l'Association des ingénieurs agronomes de la Suisse romande de 1949 à 1957.

En 1988, il a encore mis ses forces et ses compétences rédactionnelles à disposition pour la rédaction de la plaquette de commémoration du centenaire de la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture.

André Perrenoud nous a quittés à l'âge de 95 ans

Ses origines sagnardes ont fait d'André Perrenoud un "Britchon pure race", ayant gardé un brin de nostalgie pour le défunt roi de Prusse chassé par les révolutionnaires radicaux! D'un caractère résolument optimiste, il a toujours recherché des solutions d'avenir aux problèmes des agriculteurs neuchâtelois, n'hésitant pas à encourager les plus entreprenants et à fustiger les moins dynamiques. Son franc-parler, teinté quelquefois d'un brin d'ironie, lui a valu de solides amitiés et quelques inimitiés pas toujours justifiées. Ses connaissances professionnelles, sa vivacité d'esprit et sa droiture ont cependant toujours forcé au respect de cette "éminence grise" du Château.

Avec le décès d'André Perrenoud, qui survient plusieurs années après la disparition de ses contemporains et amis J.-P. Chavan et M. Rochaix, c'est une génération d'agronomes pionniers qui s'éteint, mais dont l'œuvre survivra.

A sa famille et à son ami de toujours Jean Ruffieux, la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture, ainsi que le service de l'agriculture de l'Etat de Neuchâtel, présentent leur témoignage de reconnaissance et de profond respect pour les services rendus au monde agricole neuchâtelois et suisse.


Laurent Lavanchy
Chef du service de l'agriculture, Cernier